Portrait de Rebeca Rabal

Olivia Jan – New York

Parfumeur, et Co fondatrice de Fragrance with Benefits

Une rencontre inspirante, où j’ai découvert au-delà du Parfumeur, une personnalité déterminée, attachante et solaire.

Votre parcours professionnel

Après ma formation à l’ISIPCA, école de Parfumerie de Versailles, j’ai eu la chance de travailler chez Chanel au laboratoire de création pendant un an. J’ai été engagée à la suite en tant que Parfumeur Junior à Grasse par Robertet, – société spécialisée dans les matières premières naturelles -. De là j’ai intégré l’équipe de Paris pendant 10 ans puis aux Etats-Unis où je vis actuellement.

Quel a été le tout premier déclencheur, le moment particulier, qui vous a fait prendre la décision de devenir parfumeur ?

A l’âge de 13 ans, ce qui peut paraître tôt ! Le déclic s’est fait lors de vacances dans le sud de la France, à Grasse où j’ai visité Molinard. Cela a été une véritable révélation ! je découvrais que derrière tous les parfums que j’aimais, il y avait des Nez, des créateurs qui  « formulaient ». Ma vie professionnelle s’est déterminée à ce moment-là.

Quelle est la matière première ou le parfum qui provoque le plus d’émotion pour vous ? et pourquoi
L’odeur qui provoque le plus d’émotion en moi est l’odeur de la peau et des cheveux.
Je me souviens que, très petite, j’aimais sentir l’odeur des cheveux de mes camarades d’école ! J’ose l’avouer aujourd’hui. C’était un jeu : je classais ces odeurs en différentes catégories très précises et imaginaires. Dans notre civilisation aseptisée et codée, cela ne se fait pas de sentir la tête des gens…
Aujourd’hui ce que j’aime par- dessus tout c’est l’odeur de peau chauffée par les rayons du soleil. Il se développe une odeur particulière, une odeur de soleil vraiment merveilleuse !

Votre plus belle rencontre dans votre métier de Parfumeur ?
J’ai eu la chance de rencontrer beaucoup de gens passionnants, mais la rencontre avec Chris Blackwell -fondateur d’Island Record et producteur de bob Marley et U2 – a été déterminante. J’ai créé pour lui un parfum 100% naturel qui nous a valu un prix d’innovation.
C’est cette rencontre qui m’a donné le courage de lancer ma propre société.

Portrait de Rebeca Rabal
Portrait de Rebeca Rabal

Comment est née l’idée d’une marque exclusive ? vous évoquez le mot joyeux ? pourquoi est – ce si important dans votre parfumerie ?
Tout comme la musique, les arts majeurs ; le parfum véhicule des émotions qui peuvent être très fortes. En créant, je souhaite que mes parfums accompagnent ceux qui les portent dans une dimension positive, joyeuse, bien au-delà du parfum lui-même.
Se parfumer est un plaisir, un rendez-vous unique que l’on prend avec soi-même, avant même de le partager avec les autres.

NoMo, une eau fraîche aux vertus anti-moustique, parlez-nous de cette création.
NoMo est la contraction de « no mosquito ». J’ai une tendance naturelle à attirer tous les moustiques alentours et j’ai longtemps souffert de cette attraction qui n’était pas réciproque ! A l’origine, j’ai créé NoMo pour mon usage personnel et celui de mon mari. Nous voyageons beaucoup à travers le monde, et les moustiques peuvent vite devenir un désagrément .
Je ne voulais pas utiliser de produits à base de DEET (ou autres insecticides chimiques), ni sentir la citronnelle lors de dîners à la belle étoile chez des amis !
J’ai fait beaucoup de recherches sur les propriétés des huiles essentielles. Avec ces données, j’ai formulé et testé cette création jusqu’à ce que je trouve l’équilibre idéal. Le résultat devait être une Eau Fraîche qui puisse se porter au quotidien et en vacances.
Petit à petit, et de plus en plus, mes amis m’en demandaient pour leurs séjours sous les tropiques, convaincus par l’efficacité anti-moustique alliée à une fraîcheur signée et exclusive.

Dans ma tête, l’idée de le faire partager, et de le lancer auprès du grand public, faisait son chemin.
J’ai rencontré Corinne – mon associée- lors d’un voyage en Jamaïque, et ensemble nous avons créé la marque Fragrance With Benefits.

Votre prochain parfum Fragrance with Benefits ? pouvez-vous nous en dire quelques mots ?
Le prochain parfum est en cours de développement. C’est encore secret, mais je peux vous dévoiler qu’il s’écrit dans une forme de sensualité … Il sera comme NoMo, construit autour de bénéfices apportés par une sélection drastique de belles essences naturelles.

Quand vous développez une formule, à quel moment savez-vous qu’elle est aboutie ?
C’est toujours la grande question… Mais lorsque j’ai des papillons dans le ventre en sentant mes essais alors je sais que mon parfum est presque terminé.

De quelle façon démarrez-vous votre travail créatif lorsque vous lancez un nouveau projet ? Avez- vous un rituel ?
Lorsqu’on crée un parfum, on veut raconter une histoire, transmettre une émotion.
Pour que cela soit juste, il faut le ressentir soi-même, et utiliser les matières premières qui évoquent ce que l’on veut dire. Chaque matière première est une histoire à elle seule. Il faut les « écouter ». La Limette si pétillante avec sa note aigüe ne dira pas la même chose que le Labdanum grave et sensuel.
J’imagine un lieu, une ambiance, un moment de la journée, des sensations, des personnes, des couleurs, je fais un voyage dans ma tête, c’est sans doute le moment que je préfère.

Vous avez seulement 3 matières premières à emporter avec vous ? lesquelles ?
C’est difficile, presque terrible de devoir choisir ! …:
La Bergamote qui est un parfum à elle toute seule, apporte la fraîcheur et le pétillant.
La fleur d’Oranger pour sa dualité, cette note peut être à la fois très sensuelle et régressive avec des facettes d’enfance.
Le Patchouli, qui est, comme me le dit un parfumeur, le sel de la parfumerie. De plus ces 3 matières premières combinées deviennent un véritable parfum construit : tête, cœur, fond.

Portrait de Rebeca Rabal
Portrait de Rebeca Rabal

Et enfin, le voyage que vous n’avez pas encore fait ?
Je rêve de faire la route des Epices et de la Soie. Traverser le Moyen Orient à la découverte de l’encens puis l’Inde et ses épices comme la cardamome, la cannelle du Sri Lanka et terminer par la Chine berceau de tant de merveilles.
Un voyage sans contrainte, qui m’offre le temps de découvrir chaque lieu, m’en imprégner dans la lenteur et le goûter vraiment dans tous les sens du terme.
Je ne sais pas si je pourrais un jour réaliser ce voyage d’une seule traite, qui demande un temps que je n’ai pas aujourd’hui ! J’imagine les odeurs, les couleurs, la chaleur et les transitions des paysages d’un lieu à l’autre. Cela fait partie du grand fantasme de lieux magiques que l’on doit garder intact dans ses rêves.

Pin It on Pinterest